Décès en opération du brigadier Ronan Pointeau

Décès en opération du brigadier Ronan Pointeau

Le brigadier Ronan Pointeau, du 1er régiment de Spahis de Valence, est mort après le déclenchement d’un engin explosif au passage de son véhicule blindé lors d’une opération au Mali, le samedi 2 novembre, heure de Paris. Le véhicule blindé léger de la force Barkhane était engagé dans une opération dans le Liptako et assurait la protection d’un convoi entre Gao et Menaka.

L’explosion a provoqué le retournement du véhicule.

L’équipe médicale présente sur place est aussitôt intervenue pour prendre en charge l’équipage du véhicule, alors qu’un hélicoptère Tigre a sécurisé la zone.

Après cette première intervention médicale, l’équipage du VBL a été évacué à l’aide d’un hélicoptère Caïman en direction de l’antenne chirurgicale de Gao. Le décès du brigadier Ronan Pointeau, du 1er régiment de Spahis, y a été constaté.

Les autres passagers du VBL ont été pris en charge. Leur état n’inspire pas inquiétude.

Cette attaque insidieuse montre l’importance et l’âpreté de la lutte contre les groupes armés terroristes pour la sécurisation du Liptako. La Force Barkhane poursuit cette lutte avec détermination aux côtés de ses partenaires, afin de rétablir la paix et d’accompagner le retour à la vie normale pour les populations du Sahel.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 4 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace. Dans la soirée, ce samedi 2 novembre, l’attaque avait été revendiquée par l’organisation Etat islamique (EI).

« L’Union nationale des combattants, qui regroupe des combattants de tout grade et de toutes les générations, s’incline avec respect devant l’action de ce frère d’arme Mort pour la France.La lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes reste la mission essentielle des hommes et des femmes qui portent les armes au service de la France.L’Union nationale des combattants présente ses très sincères condoléances à sa famille et à tous ses camarades de combat, engagés dans les opérations au Sahel. Elle partage leur douleur.Aujourd’hui comme hier, l’Union nationale des combattants est totalement solidaire de tous les militaires des trois armées et de la gendarmerie qui servent la France en tout lieu et tout temps.» a déclaré le Général Longuet, Président de l’U.N.C.

Un hommage sera rendu ce mardi 5 novembre au brigadier Ronan Pointeau sur le pont Alexandre III, à Paris, à 16h30. Il est ouvert à tous. Les honneurs funèbres militaires seront tenus, à 16h40, aux Invalides, à huis clos.

Mercredi 6 novembre, une cérémonie d’hommage national, présidée par la ministre des Armées, Florence Parly, se tiendra à la caserne Baquet à Valence. Elle sera ouverte à tous, sous réserve d’une pièce d’identité pour entrer dans le régiment.

Ce lundi 4 novembre au matin, à l’occasion de la cérémonie de lever des couleurs sur la place d’armes du quartier Baquet à Valence, les Spahis ont rendu hommage au brigadier Ronan Pointeau.

Le colonel Charles-Emmanuel Daviet, chef de corps du 1er régiment de Spahis, s’est adressé à ses soldats, lors d’un hommage interne. Sur son compte Facebook, le 1er régiment de Spahis a, par ailleurs, posté la photo de cette cérémonie avec sa devise : « Faire face ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *