Témoignage : Participation à la préparation militaire Gendarmerie

Témoignage : Participation à la préparation militaire Gendarmerie

Du 13 au 27 juillet 2019, j’ai eu la chance de pouvoir participer à une préparation militaire Gendarmerie, me permettant de devenir militaire de la réserve opérationnelle. Nous étions une compagnie de 120 élèves réservistes (au départ), répartie en 4 pelotons de 30.

Voici à quoi ressemblait une journée type; Le réveil sonnait à 5h30 généralement, mais pour ma part, c’était plutôt 5h00 sinon les pauvres 3 douches que l’on avait pour une bonne quarantaine de personnes étaient prises d’assaut… Ensuite, c’était le temps du rangement et du nettoyage de la chambre, et pour les camarades assignés aux travaux d’intérêt général (TIG), ils avaient à nettoyer en plus les sanitaires et le couloir. Toute la compagnie devait être prête et rassemblée pour 6h30 précise en bas du lycée où on logeait. Pour les retardataires, c’était un compte-rendu, un papier assez long à écrire pour le regretter dès les premières lignes… Par la suite, nous partions en compagnie vers l’escadron de la Gendarmerie mobile d’Argentan, à pied, pour prendre le petit déjeuner servi à 7h00.

De 8h00 à 12h00 se déroulaient les cours, théoriques et pratiques, soit au lycée, soit la plupart du temps à l’escadron. Nous avons ainsi pu avoir des cours d’APJA (Agent de police judiciaire adjoint), des cours de MSAA (maîtrise sans arme de l’adversaire), des cours de sécurité routière, d’apprentissage du milieu militaire etc.

A midi était servi le repas, toujours au mess de l’escadron de Gendarmerie mobile. Il faut bien avouer que nous n’avions jamais faim en repartant du mess et qu’il a unanimement été grandement apprécié.

A 13h30 avait lieu le rapport, à l’escadron. Le rapport consiste en la réunion de toute la compagnie et des gradés pour faire un point sur les instructions du jours, les remontrances si besoin est, ainsi que fêter les anniversaires. Notre cher major savait comment les fêter, toute la compagnie pompait autant de fois qu’il y avait de bougies!

Les enseignements de l’après midi se déroulaient de 14h00 à 18h00 ou 19h00, comme le matin. Certaines fois, de 18h00 à 19h00 nous étions à la disposition de nos gradés d’encadrement pour travailler l’ordre serré militaire.

Et enfin, le repas étant servi de 19h00 à 20h00, la fin de la journée était généralement ponctuée d’un dernier cours de 20h00 à 22h00 ou d’un quartier libre, avant l’extinction des feux.

Voilà un aperçu de ce que l’on pouvait vivre en une journée. Mais nous avons également été réveillés une nuit, pour une sortie observation, où nous avons pu faire du sport, un parcours les yeux bandés, et nous avons appris (ou essayé à apprendre) à s’écouter et s’organiser en peloton, sans qu’aucun chef ne soit désigné.

Les deux semaines on été très riches, très condensées, et nous ont à presque tous permis d’obtenir le brevet de réserviste opérationnel.

Le jour de la cérémonie de remise de diplôme, j’ai appris que j’étais le major de mon peloton. Quand le commandant de compagnie me l’a annoncé, j’ai ressenti à la fois des frissons et une grande fierté, puisque j’ai essayé de donner le meilleur de moi-même, et de penser à mes camarades avant moi, et c’est ce qui, je pense, a fait la différence.

Je garde un excellent souvenir de cette PMG et ai hâte d’aller sur le terrain aux côtés de tous nos camarades gendarmes.

 

AUBREE Samuel, Porte-Drapeau de la section UNC de Luc-sur-Mer.

Une réponse

  1. Gigleux Daniel dit :

    Toutes nos félicitations à Samuel et bravo pour son engagement. D. GIGLEUX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *